[Live report] « des images, des mots et des émotions plein la tête… » (Anvers 26/04/17)

L’annonce d’une nouvelle tournée de Dream Theater est toujours un évènement en soi, surtout lorsque celle-ci se nomme “ Images, Words&Beyond”.
Fêter les 25 ans de l’album mythique “Images &Words” sur scène n’a pas de prix pour le fan de longue date que je suis! (Imaginez mon état de fébrilité!)

Malheureusement, je n’ai pas pu assister au concert de Paris (et revoir, par la même occasion, la fine équipe des Your Majestiens!), il était donc impératif pour moi d’être au show d’Anvers le 26 Avril.
Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, mes amis ont eu la charmante idée, pour mes 40 ans, de m’offrir le Meet& Greet Platinium (avec billet du concert).
Comme cela ne se refuse pas, me voilà parti pour Anvers !!! Pull me under…

Il nous est demandé d’être présent à 18h15 précises devant l’accès VIP de la Lotto Arena, me voilà donc à 17h30 à refaire le monde et à discuter de notre groupe favori avec des fans belges….

A 18h15 pétantes, la chargée M&G vient nous chercher, vérifie nos identités et nous offre des goodies pour nous faire patienter : un tote bag reprenant l’artwork de l’affiche de tournée, une photo promo, une gourde et un décapsuleur signés DT et le pass VIP M&G.

Report DT3
Ensuite, elle nous emmène dans une salle où nous sommes briefés : « 2 articles à faire signer maximum, pas de serrage de main, pas de check, sauf si un des membres du groupe nous tend la main… »

Le groupe finit par arriver, on nous demande de nous mettre en file indienne pour pouvoir prendre la photo en compagnie des membres de Dream Theater devant le backdrop à l’effigie de cette tournée.
Quelle ne fut pas mon émotion de me retrouver pour la première fois à côté de mes idoles ! J‘en suis resté tétanisé et je pense que vous pouvez le comprendre !

Report DT2_Fotor
Vient ensuite le moment des signatures et des courts échanges avec chaque musicien.
Juste le temps de leur dire bonjour, de les remercier pour leur musique et de leur souhaiter un bon concert, deux bafouilles sur les pochettes de CD et merci, bonsoir!
Un rien expéditif quand même !
James Labrie s’est montré très affable, souriant et déconneur, ce qui est appréciable, les autres étant plus sur la réserve.
Une fois tous les VIP passés devant la table, ils se lèvent, nous font un signe de la main et nous souhaitent un bon concert et voilà… Vingt minutes plus tard, le Meet& Greet est terminé.
Je ne vous cacherai pas ma légère déception quant à la durée de ce M&G vu le prix du package…
Je fus agréablement surpris, cependant, de revoir et de pouvoir échanger avec notre cher photographe et ami, Nidhal Marzouk, responsable des trois derniers tour-programmes et accompagnant le groupe jusqu’à la date de Porto.

On nous emmène devant la porte d’accès à la salle où nous avons la possibilité de profiter du merchandising 20 minutes avant l’ouverture des portes et nous ne nous faisons pas prier !!!

Report DT11_Fotor
On nous fait entrer dans la salle pour bénéficier des meilleures places dans la fosse et me voilà devant le pied de micro de James, idéalement bien placé !
La fosse et les gradins se remplissent moyennement, le Lotto Arena est, ce soir, en configuration réduite, le concert ayant lieu en milieu de semaine, ceci explique peut être cela.

A 20h30, les lumières s’éteignent enfin et l’intro « The Colonel » emplit la salle.
Les cris enjoués du public se font déjà entendre et voilà que déboule sans crier gare « The DarkEternal Night ».
La première chose à souligner est le son particulièrement bon, si ce n’est que la basse de John Myung est une fois encore couverte par la guitare de John Petrucci, beaucoup moins écrasante qu’à l’accoutumée.
Jordan Rudess fait le show avec son Zen Riffer modifié avec ses deux Ipads… Anecdotique.

Report DT4
La vraie surprise du show est d’entendre « The Bigger Picture », superbe morceau de l’album éponyme qui passe très bien l’épreuve du live. Mike Mangini prend un plaisir évident à jouer et s’éclate derrière son kit. Le sourire ne le quittera pas de tout le concert, d’ailleurs.

Report DT10
Une question, en général, se pose généralement dans la tête de chaque fan à la veille d’un concert de DT : comment se comportera la voix de James Labrie ?
Il faut dire que les live reports et autres commentaires des dates de Février où James était souffrant ne laissaient rien augurer de bon.
Et bien, il n’en est rien ce soir. James a été exemplaire du début à la fin du show. En forme, autant physique que vocale, il a délivré de superbes parties tout au long des deux sets. Rassurant…

L’émotion du public est palpable pendant « Hell’sKitchen », les extraits de « The Astonishing » s’insèrent parfaitement dans le set, les solos de John Petrucci font mouche et remportent l’adhésion du public.
Pendant la démonstration de John Myung sur « Portrait of Tracy , un instrumental de Jaco Pastorius, silence et attention sont de rigueur avant la déferlante « As I Am » et l’extrait emprunté au « Enter Sandman » des Four Horsemen.
Puis « Breaking All Illusions » vient clôre magnifiquement ce premier set…
Après 15 minutes de pause, l’intro « radio 1992 » résonne dans les enceintes et la tension du public monte d’un cran.
« Images &Words » va être joué en intégralité et mon petit cœur de fan est ému…

Dès les premières mesures de « Pull Me Under », la magie opère et le public fait corps avec James Labrie.
Le fait d’avoir d’avoir baissé d’un demi-ton permet à James de ne pas lutter lors des parties plus aigues et de ne pas se mettre « dans le rouge ». Les musiciens éblouissent de classe durant l’intégralité de ce set.
Les doigts de John Myung, tricotent à n’en plus finir sur le manche de sa basse, les solos gorgés de feeling de John Petrucci, la virtuosité de Jordan Rudess et la technicité de Mike Mangini rendent justice à ce monument du métal progressif qu’est « Images &Words » 25 ans après.

Report DT1_Fotor
Le solo de batterie inclus dans « Metropolis part1 » se veut efficace, mélodique, sans être trop pompeux.

Tout au long de ce set, James Labrieéchangera et offrira moultes anecdotes avec le public, des débuts du groupe, de la période « Images &Words » entre autres…
Ces quelques respirations apportent un vrai plus, une interaction qui peut manquer parfois lors des concerts de DT.

L‘émotion atteint son paroxysme lors de « Wait For Sleep », le toucher délicat de Jordan Rudess et la voix de James Labrie offre une parenthèse bienvenue. Les larmes me montent aux yeux…

Vient ensuite la conclusion de ce second set avec « Learning To Live » où les superlatifs sont inutiles pour exprimer la joie et la communion échangées entre le groupe et ses die-hard fans (les autres aussi !).

Report DT9

Le moment le plus fort du concert est, pour ma part, l’interprétation d’ « A Change Of Seasons » pendant le rappel. Ce titre dantesque de Dream Theater, à part dans sa discographie, est celui que tout fan rêve d’entendre en live, chose enfin faite.

Après 2h45 de show, le groupe salue son public qui le lui rend bien, entre cris, applaudissements et ovations ininterrompues. Mention spéciale au public belge qui n’aura pas démérité tout au long de ce concert-événement.

Report DT8

Les lumières se rallument, le Lotto Arena se vide progressivement, je rentre donc chez moi, heureux, des images, des mots et des émotions plein la tête…

Article et photos : Stef1

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s