The Astonishing, écoute en avant première chez Warner Music

Paris, le 20 janvier 2016,

Suite au concours organisé en partenariat avec Warner Music France, certains membres du staff de Your Majesty, ainsi que les heureux gagnants, avaient rendez-vous en ce froid mercredi de janvier dans les locaux du label.

C’est un peu avant 15h30 que Manon, très sympathique chef de projet chez Roadrunner Records (filiale de Warner), nous accueille dans le hall de cet immense bâtiment moderne du 18ème arrondissement.

groupeQuelques-uns des heureux élus et les membres du staff autour de la souriante Manon.

Nous montons au premier étage et nous installons dans une salle de réunion. Au centre de la pièce domine une immense table (de réunion) entourée d’une vingtaine de sièges en cuir bien confortables ; aux quatre coins de la pièce sont disposées des enceintes colonnes, nous sommes chez Warner Music, le son devrait être (et sera) au rendez-vous… Pour l’occasion, Warner Music a généreusement mis à notre disposition gâteaux et boissons. Pour éviter toute fuite, on nous confisque nos téléphones portables puis on nous distribue la liste des 34 morceaux qui composent cet opéra-rock en deux actes ! Et c’est parti pour le premier acte et ses 20 morceaux pour 80 minutes !!!

La concentration est de mise et rares sont les interventions, quelques regards lorsque des passages nous paraissent familiers, qu’une innovation nous interpelle ou que James nous épate par son interprétation. Bref, sans dire un mot, on se comprend…

setlist

Une petite pause de 10 minutes nous permet de partager nos impressions. C’est dense, déroutant mais ça nous plait ! C’est aussi l’occasion de discuter avec des têtes connues et de tenter de négocier l’objet tant convoité auprès de Manon, en vain ^^.

Commence alors l’écoute du deuxième acte qui est plus court, 14 morceaux pour un peu plus de 50 minutes. Le livret passe de main en main, mais ne finira finalement pas dans une poche.

pochette

intérieur livret

L’écoute se termine et nous prenons quelques minutes pour échanger encore sur ce que nous venons de découvrir… Toujours déroutés, mais pleinement satisfaits.

Nous distribuons un rapide questionnaire aux participants afin de recueillir leurs impressions à chaud, puis les plus pressés d’entre-nous quittent les lieux (et ne seront donc pas présents pour la photo postée en début d’article).

livret dos

S’ensuivra une enrichissante conversation entre Manon et les responsables du fan-club à propos de notre partenariat et des prochaines échéances… Ce fut l’occasion de récupérer quelques goodies puis nous quittâmes à notre tour les lieux pour aller débriefer (la preuve ci-dessous ^^, c’était surtout l’anniversaire de Christophe) en compagnie de quelques membres.

mediatorsExemple de goodies à faire gagner au sein du fan-club
debriefDébriefing sans modération

Au delà du fait d’avoir le privilège de découvrir en avant-première le nouvel album de notre groupe favori, ce genre d’initiative est toujours l’occasion de partager sa passion, de retrouver des têtes connues et de faire connaissance avec de nouvelles. Merci aux participants, see ya soon on the road !

Nous remercions encore Manon pour sa gentillesse, sa disponibilité et son professionnalisme. Nous avons passé un excellent moment !

Merci beaucoup et à très bientôt…

————————————–

« Et le contenu ? » me direz-vous. Et vous avez raison !

Je vais citer mon camarade The Keyboard Wizard qui a parfaitement exprimé par les mots nos sentiments sur cette œuvre après une simple écoute… Une excellente analyse de sa part :

Album déconcertant oui. Ce n’est pas un album de Dream Theater, c’est un opéra rock fait par Dream Theater et vous allez comprendre pourquoi dans quelques jours. Si pour vous Dream Theater c’est : de la branlette de manche de J.Petrucci, des sons bizarres de J.Rudess avec des soli hyper longs, des paroles incompréhensibles du genre « et de sa tour d’ivoire, elle entend son appel », passez votre chemin.
Vous devez écouter l’album en vous disant : je vais écouter un opéra rock et pas je vais écouter le nouveau DT. Je ne vais pas faire de « track by track » car franchement 34 morceaux c’est compliqué à retenir et cette écoute a été assez éprouvante : pas éprouvante dans le sens je me suis ennuyé mais éprouvante car ce disque demande beaucoup d’attention et d’analyse. En plus, je devais être un des rares à écouter les paroles.
Le disque est dense, massif, touffu et va demander pas mal d’écoutes pour être apprécié à sa juste valeur même si au final, il est effectivement assez « easy listening ». Je pense que c’est le disque qui peut plaire le plus au public car il y a beaucoup de ballades, très peu d’instrumentales et l’accent est mis sur la mélodie.

Le CD1 est un peu plus faible que le CD2…quoique c’est dans le CD1 qu’on retrouve le plus de prises de risques musicales : tango, swing avec blast beats, musique de cirque….mais il tourne un peu en rond et il y a pas mal de ballades du genre : intro piano, puis guitare acoustique (merveilleuse cette guitare acoustique) et structures assez basiques de chansons.
Le CD2 est plus intéressant, plus ressemblant à DT…quoique. Il est plus intéressant au niveau de l’histoire.
Pour l’histoire, elle est assez simple à comprendre si vous comprenez l’anglais et pour ceux qui seraient inquiets, ce n’est pas juste du méchant contre gentil. Non, il y a des morts, il y a des méchants qui se font aider par des gentils, des gentils qui deviennent méchants….

Au niveau des instruments : vous n’aimez pas le piano, eh bien n’achetez pas cet album. Sur le questionnaire, tout le monde a rapporté que le piano était l’élément central du disque. Je parle bien du piano et pas de J.Rudess. Et quel piano ! On sent direct que c’est un Steinway D et on a l’impression que Jordan joue à côté de soi. Sublime. La batterie de M.Mangini ne me dérange pas non plus. La basse est un peu plus audible, J.Myung brille quelques secondes/minutes.

Globalement, je ne sais pas si j’ai aimé l’album ou pas trop. Je ne l’ai pas détesté mais il y a trop de choses à dire pour être digérées en une écoute.

Les points négatifs :

  • Je trouve que certains passages sont mièvres et cheesy : c’est parfois (dans le CD1) proche de Disney genre les chansons d’Aladdin : Prince Ali ou Ce Rêve Bleu.
  • Les paroles peuvent aussi prêter à sourire (dans « Act of Faythe », le refrain avec : My Music Player est à mourir de rire). Trop de passages sont du genre : je te lève les mains en concert et je sors le briquet à la The Spirit Carries On.
  • Je trouve aussi que les efforts ne vont pas jusqu’au bout : on a une sublime mélodie à la cornemuse mais…ils ne l’exploitent pas assez. En fait ils ont voulu mettre beaucoup d’éléments dans ce CD mais ils ne sont pas assez exploités. Un peu comme un Cybion de Kalisia qui est hyper dense et où à chaque minute on se dit : ouais terrible cette idée…ah mais c’est fini.

Les points positifs :

  • la prise de risque : le tango, le swing blast beat, l’histoire c’est assez jouissif.
  • On a vraiment une bande son d’un film et on est même déçu lorsque The Astonishing (le titre éponyme) arrive, un peu comme quand on sent que l’Etoile Noire de Star Wars va être détruite.
  • J.Rudess est énorme : sobre, mélodique.
  • J.LaBrie est impressionant : parfois sévère, parfois angélique, quelques fois Freddie Mercury.
  • Globalement, ça fait du bien de se dire qu’on va avoir matière à réfléchir, analyser, que c’est un album facile d’accès mais qu’on va avoir des trucs à découvrir, des thèmes récurrents. Je pense que cet album est l’équivalent d’un blockbuster de Christopher Nolan : du grand spectacle, c’est dense, impressionnant, on en prend plein les oreilles mais c’est intelligent et il faut le décortiquer.

Sinon au niveau des choses factuelles : Richard Chicky fait la voix narrative de Lord Nafaryus (James excelle dans le rôle chanté) et les paroles sont présentées sous forme de scénario : on a des indications du genre extérieur jour, tel ou tel lieu, etc…

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s